LETTRE DU SRI LANKA 2017: (RE)DÉCOUVERTE DE GALLE & MÉDITATION

Aluthgama, Sri Lanka, 5 mai 2017

Chers amis lecteurs,

                  Hier soir, Yves et Alex, nos amis qui vivent ici une partie de l’année, nous ont suggéré d’aller faire un tour à Galle. Une belle occasion de se balader tous ensemble et de faire découvrir à Romina cette jolie ville touristique située dans le sud ouest de l’île. Le lendemain matin, après un petit déjeuner rapide dans notre restaurant près de la rivière, nous rejoignons nos amis sur le quai de la gare de Bentota.

C’est avec nostalgie que j’observe le train s’arrêter. Certains voyageurs en descendent, nous montons et trouvons un wagin presque vide. L’habitacle est toujours aussi sommaire. Pas de ventilateur, portes et fenêtres toutes ouvertes, nous crevons de chaud mais gardons notre bonne humeur, véritable signature de notre groupe. On parle de voyages, de politique, de cuisine, on rit, on s’évente comme on peut.

Au fur et à mesure des arrêts au gare, notre wagon se rempli et se vide oscillant entre excitation des enfants qui rentrent chez eux après l’école, les regards curieux de certains, nos propres fous-rires. L’ambiance est cool malgré un voyage un peu long et une dizaine d’arrêts. C’est au bout de presque deux heures de train que nous arrivons aux remparts de la ville de Galle.

La ville vit aux rythmes des boutiques d’artisans qui proposent bijoux, antiquités, souvenirs, tissus et artisanat local. D’abord portugaise au XVIème siècle, Galle a ensuite fait partie de l’Empire Colonial Néerlandais au XVIIIème siècle avant d’être colonisée par les Anglais. Bref, cette ville est chargée d’histoire. Le 26 décembre 2004, la ville a été dévastée par un tsunami causé par le tremblement de terre sous-marin de l’océan Indien, quelque part au nord des côtes indonésiennes, à 1500 km de Galle. Plusieurs milliers de personnes y trouvèrent la mort. Aujourd’hui, la ville est belle et de très belles demeures s’y trouvent.

Nous sous sommes baladés toute la journée. Nous avons croisé un photographe qui prenait en photo un couple de mariés qui tentaient de garder la pose malgré la chaleur. Yves et Alex, qui connaissent bien les lieux, nous ont emmené voir une galerie d’art. Le peintre y exposé un travail autour de l’immigration et de l’exil. Nous avons acheté quelques souvenirs.

En fin de journée, nous sous sommes baladés sur les remparts de la ville. Profitant du soleil couchant, nous nous sommes laissés bercer quelques minutes par le bruit des vagues qui se déchainaient à nos pieds. La fin de journée fut marquée par un retour assez épique en tuk-tuk faute de bus. Oui, nous avions un peu trainé au restaurant et notre maison est à une soixante de kilomètre de Galle…

Le lendemain, Alex et Yves décident de nous emmener au bout de la plage qui est en face de chez eux. Un très joli temple nous y attend et c’est encore une occasion de faire une grande balade à pied tous ensemble. Nous voilà donc partis, tous les dix, vers midi. Le soleil est à son zénith et marcher en dehors que les pieds sur le bord de plage est juste impossible à imaginer. Les plages sont vides. Nous sommes bercés par le bruit des vagues et des rares aboiements de chiens.

Tout au bout de cette plage de Bentota s’offre à nous une végétation dense et richement verte. Des marches se dessinent. Nous nous y engageons pour découvrir un chemin bucolique à travers la jungle. Feuilles démesurées, lianes et terres humides nous attendent. Cette route semble ne pas avoir été empruntée depuis longtemps. Les rayons du soleil jouent à cache à cache avec les feuillages pendant que les moustiques s’en donnent à coeur joie.

Nous arrivons au temple. On retire nos chaussures et on recouvre nos jambes, traditionnellement, avant d’y entrer. Une rangée de Bouddha trône ici, sculptés dans de la pierre blanche. Une vieilleuse brûle devant chacun d’entre eux. Une pochette plastique protège un texte, traduit dans différentes langues, qui parle de la Méditation sur l’Amour et la Bienveillance. Notre ami Yves nous le lit. Ce temple, perdu dans sa jungle, est vraiment propice à la méditation et à l’introspection.

À la sortie du temple, nous avons suivi un chemin qui nous a amené à un endroit absolument sublime dans lequel spiritualité et nature se marient parfaitement. Nous nous sentons presqu’en trop dans cet incroyable décor. Nous restons un moment avant de continuer notre route vers une jolie plage pour déjeuner au soleil.

Chers amis lecteurs, comme tu l’auras compris, je passe du bon temps sur cette jolie île. J’espère que tout se passe bien dans votre partie du monde. Je vous offre le texte sur l’Amour et la Bienveillance. Il est à méditer…

Amicalement

 

John